Actualités


Des nouvelles fraîches

mardi 28 juillet 2020

Le challenge de l’AppGallery (Huawei) pour se faire une place parmi l’App Store et Google Play


Google et Huawei, un divorce houleux

La « guerre » entre le géant Américain et le mastodonte chinois a débuté courant mai 2019 suite au placement de Huawei sur la fameuse « entity list » de l’administration du commerce Américaine. Google a alors rapidement réagi en annonçant la suspension de ses activités avec la firme chinoise au plus grand désarroi des détenteurs de smartphones Huawei.

huawei

Huawei et son allégeance à Google

Il existe deux principales plateformes, deux principaux magasins d’applications : le Google Play et l’App store. Historiquement, Huawei utilisait les différentes API de Google : les GMS (Google Mobile Services). Ainsi, les utilisateurs Huawei pouvaient librement télécharger sur Google Play différentes applications. La perte de licence d’utilisation des GMS est alors assez contraignante pour l’utilisateur :  impossible désormais de télécharger les applications au préalable disponibles sur Google Play. 
Suite à l’embargo, aucune entreprise américaine ne peut collaborer avec Huawei. Finis les GMS et aurevoir le Google Play avec les applications Youtube, WhatsApp ou autres consorts pour les utilisateurs de smartphones Huawei.

Quelles conséquences pour le consommateur ?

huawei smartphone

Cette mesure divise les consommateurs Huawei en deux catégories. D’un côté ceux qui possèdent un smartphone de la marque avant l’embargo, c’est à dire les détenteurs des modèles Y9 2019, Y5 Prime 2018, P8 Lite, P Smart Z, ainsi que toute la gamme P20, ou de manière générale les personnes ayant acheté un mobile Huawei avant mai 2019De l’autre côté, on retrouve les personnes qui se sont procurés un smartphone post-embargo. On parle donc ici des utilisateurs des portables Huawei Mate Pro, Huawei mate 30 et de tous les détenteurs de la gamme P40 (Huawei P40 Lite, Huawei P40, Huawei P40 Pro, etc.).

Pour la première catégorie d’utilisateurs, rien ne change, les divers contrats et licences établies entre les deux géants ne pénalisent pas le consommateur. Ils ont toujours accès à Google Play et peuvent encore pleinement profiter des services de Google. Pour les autres, l’accès aux applications est pour l’instant restreint. Quelques solutions existent notamment l’application « Phone Clone » qui donne accès à l’ensemble des applications précédemment téléchargées ou achetées sur le Google Play. Il est donc possible de retrouver sur son smartphone les applications Airbnb, Linkedin, Paypal, Zoom, etc..

Huawei a plus d’un tour dans son sac

Aujourd’hui, sans utilisation possible des GMS, la firme chinoise a alors décidé d’être autonome et de proposer son propre store d’applications : l’AppGallery. Les services jusqu’alors fournis par Google sont désormais mis à disposition via les HMS (Huawei Mobile Service). Cette boutique était déjà présente en Chine depuis de nombreuses années, le but étant désormais de la faire vivre à travers le monde entier.

huawei

Et pour les développeurs/éditeurs, quels sont les impacts ?

huawei

C’est à travers le composant HMS Core que tout se passe pour les développeurs. HMS Core regroupe les différentes API, SDK et autres services qui participent à la création et à l’amélioration des applications. HMS Core permet de gérer la localisation, la publicité, etc. Les développeurs peuvent ainsi se passer des services proposés par Google. Rappelons cependant que tous les services proposés par Google tels que Google Account Login, Google Analytics, Mobile Vision, Google Drive (vous pouvez retrouver la liste exhaustive dans ce tableau ): 

ne sont plus disponibles sur les devices Huawei post embargo sous Harmony OS. Rappelons également que ces différents services, proposés par Google, étaient gratuits. Huawei promet un niveau de service égal mais il reste encore du chemin à parcourir pour rattraper le géant américain. En attendant une version optimale des HMS, les développeurs sont parfois contraints d’utiliser d’autres combines, en passant par des solutions payantes (SDK). La fonction « Scan », à titre d’exemple, peut être remplacée par la solution Xing sur les devices Huawei. 

D’autres contraintes s’imposent aux développeurs comme la maintenance des différentes librairies (utilisant elle-même des services Google) qui deviendront obsolètes sous HMS.

Quel sera l’avenir ?

Huawei travaille d’arrache-pied pour fournir les HMS les plus optimums possibles afin de conserver une continuité de services sur les applications propres à l’AppGallery. Les équipes Huawei collaborent de près avec les éditeurs/développeurs pour fournir les outils et l’assistance technique nécessaires au développement de leur écosystème. L’AppGallery comptabilise aujourd’hui environ 55 000 applications, encore loin de l’Appstore ou de Google Play avec plus de 2 millions d’applications à leur actif. 
Huawei, réussira-t-il alors son tour de force là ou Blackberry ou Tizen ont échoué avant ?   L’avenir nous le dira …